Union rationaliste

Auschwitz et nous

A la suite d'un accord entre l'Union rationaliste et la municipalité d'Ivry, les Cahiers se sont engagé à publier les textes des conférences données au titre des «Rencontres d'Ivry». On trouvera ci -dessous le texte de la première d'entre elles donnée par Maurice Cling, le 26 janvier 2004.

A André Faudry, de Bagnolet, un des " 45 000 " d'Auschwitz, qui m'y a sauvé la vie.

Puisqu'Ivry commémore depuis 1979 la libération d'Auschwitz, permettez-moi d'évoquer d'abord un souvenir personnel qui a trait à cet événement de l'histoire de la Déportation.
Le 18 janvier 1945, nous étions 58 000 hommes et femmes évacués dans la précipitation par les SS, devant l'approche des troupes soviétiques. Imaginez le froid glacial de l'hiver polonais, la nuit, la neige piétinée par des milliers de galoches. Dans ces colonnes par cinq, escortées par les SS, régnaient l'angoisse et le désespoir, devant la faiblesse, les maladies, les plaies, au seuil d'une nouvelle tragédie.
Et voici que je vis apparaître une colonne de détenues, bras dessus, bras dessous qui chantaient à tue-tête une chanson slave, comme un défi lancé à la face des SS en retraite.
Mais le canon de l'Armée rouge tonnait dans le lointain, et nous étions contraints de fuir vers l'ouest, devant nos libérateurs. Bientôt les coups de feu claquèrent au bout de notre colonne : les SS abattaient les traînards et les épuisés.
Ce fut la terrible marche forcée, la dispersion dans les camps allemands, vers Buchenwald, Dachau, Mauthausen, Ravensbruck, etc., dans des wagons à charbon, sans eau, sans nourriture, sans sanitaire, pour ma part suffocant à un moment sous le poids des cadavres.
Mais retournons maintenant à l'origine du camp nazi.

Auschwitz dans l'Histoire

Peu après l'invasion de la Pologne en avril 1940, après des études préalables, les nazis aménagent d'anciennes casernes polonaises en un camp de concentration pour patriotes et civils, afin de neutraliser l'opposition et répandre la terreur. Puis ils ouvrent en 1941 à trois kms le camp de Birkenau, prévu pour 100 000 prisonniers de guerre soviétiques, sur lequel sera greffé en 1942 le centre d'extermination (" Solution finale " et Tsiganes) à l'échelle de l'Europe.
Implanté dans une zone où tout leur est permis, sous l'autorité de la SS et de la Gestapo, les nazis s'y livrent aux pires exactions avec une férocité inouïe, notamment en Pologne et dans la partie occidentale de l'URSS envahie. On ne mesure pas suffisamment en France, les souffrances et les destructions qu'ont subies à cette époque les populations de ces territoires martyrisés 1.
Le complexe d'Auschwitz qui contient trois grands camps et une quarantaine de filiales extérieures occupe une place exceptionnelle dans la Déportation. Non seulement le plus grand d'Europe, il contient toutes les catégories de victimes : opposants politiques européens (surtout polonais), otages, raflés, droits-communs allemands et autrichiens (utilisés comme cadres), homosexuels, etc. Mais il demeure surtout dans l'Histoire le théâtre du génocide nazi des prétendues races inférieures, les juifs et les Tsiganes, étant entendu que les Slaves étaient les suivants sur la liste. Jamais n'avait été conçue et exécutée systématiquement à l'échelle d'un continent une telle entreprise d'extermination. D'une quinzaine de pays d'Europe, affluèrent à Auschwitz de 1942 à 1944 des trains transportant de 1 000 à 5 000 personnes, hommes, femmes, enfants juifs, du nourrisson au vieillard grabataire : leur sang devait disparaître pour purifier la race aryenne mythique.
Dans ce seul camp, plus d'un million d'êtres humains furent assassinés, gazés dans les vastes chambres à gaz industrielles pouvant contenir chacune plus de deux mille personnes, puis incinérés dans les batteries de fours crématoires. En raison de sa fonction exterminatrice, la plupart des victimes étaient juives, mais il convient de mentionner aussi les prisonniers de guerre soviétiques et, pour ce qui concerne la France, les convois de " politiques " dits des " 45 000 " et des " 31 000 ", par référence à leur numéro de tatouage.
Le complexe s'étendait sur une quarantaine de km2, zone vidée de sa population, aux camps dotés d'enceintes concentriques électrifiées, faisant appel aux techniques les plus modernes de l'époque, et comportant diverses entreprises industrielles, dont l'énorme usine de caoutchouc synthétique de Buna-Monowitz (Auschwitz III).
Le 12 janvier 1945, les Soviétiques lancent la grande offensive qui devait les conduire à Berlin, On entend dans le camp des tirs d'artillerie. Les SS détruisent leurs archives.
Le 18, commence l'évacuation évoquée plus haut (65 000 détenus avaient été évacués auparavant vers l'intérieur de l'Allemagne après la libération du camp de Maïdanek en juillet 1944). Les SS fusillent 200 femmes juives parmi les intransportables restées au camp, mais n'ont pas le temps d'exterminer les autres. Ils font sauter les crématoires I et II 2.
Le 23, ils brûlent le " Canada " 3 et font sauter in extremis le n° IV, le dernier crématoire en activité, le n° III étant hors d'usage depuis la révolte du Sonderkommando 4 en octobre 1944.
Ce même jour, deux divisions du 1er front d'Ukraine et de la 6e armée soviétique font mouvement vers l'ouest. Le 27 janvier, les camps I et II (Birkenau) sont libérés ; 600 cadavres jonchent le sol : des détenus assassinés ou morts d'épuisement. On compte 7 000 survivants très affaiblis ou moribonds dans les trois camps du complexe.
Telle fut l'histoire, très sommairement brossée, du camp d'Auschwitz et de sa libération, cinq années de terreur et d'atrocités sans précédent, tant par l'ampleur que par les formes de l'application du projet hitlérien.
Mais il ne suffit pas de découvrir les chiffres stupéfiants qui relèvent d'une connaissance théorique, sans que l'on se sente personnellement concerné. Ce qui permet peut-être de toucher du doigt la réalité du génocide, ce sont ceux qui suivent, au sujet des effets découverts par les libérateurs dans les entrepôts du " Canada " non incendiés par les SS, faute de temps :
368 820 costumes d'homme ; 836 244 manteaux et robes de femme ;
5 525 paires de chaussures ; 13 954 tapis ; et des monceaux considérables de vêtements d'enfants, de blaireaux, de lunettes, de brosses à dents, de prothèses, etc., et notamment les sept tonnes de cheveux de femme non encore expédiés à l'usine, actuellement exposées en partie dans le musée d'Auschwitz.
Si l'on songe qu'il s'agit là seulement du reliquat trouvé dans six baraques sur trente cinq et que la quasi-totalité des effets pillés avaient été expédiée antérieurement en Allemagne, avec l'or des dents fondu en lingots, on reste confondu devant ces chiffres hallucinants qui renvoient à plus d'un million d'êtres de chair et de sang, qu'il faut encore multiplier par cinq pour concevoir le nombre total approximatif des victimes du génocide nazi.
Événement sans précédent, donc, mais non sans racines. Il est l'aboutissement de courants d'idées anciennes qui fleurissent surtout au XIXe siècle et au début du XXe siècle : racisme lié au colonialisme, théories du darwinisme social, de l'eugénisme, etc. (qui contaminent les sciences humaines). En France, on peut citer entre autres Alexis Carrel, prix Nobel 1912, qui préconisait en 1935 des chambres à gaz pour les " dégénérés " dans son ouvrage L'Homme, cet inconnu, traduit en dix neuf langues, et les ligues fascistes héritières de l'antisémitisme chrétien, puis " économique " du XIXe siècle.
Mais l'Histoire est une chose ; la mémoire, une autre.

Auschwitz dans la mémoire

On sait combien elle est multiple, puisqu'elle reflète et influence les affrontements idéologiques de son temps. Il est frappant de constater depuis quelques décennies l'inflation croissante de publications, colloques, témoignages, expositions, etc., qui dans le monde entier s'efforcent d'analyser ce qui s'impose de plus en plus comme un repère incontournable pour notre époque. Loin de s'estomper avec les années, comme on pouvait s'y attendre, la symbolique d'Auschwitz a fini par occuper l'espace de la Déportation du génocide, au risque d'occulter le système concentrationnaire nazi qui participe pourtant de la même politique d'ensemble, et qui est complémentaire.
Un examen rapide des principales interprétations actuelles permet de s'en convaincre, étant entendu qu'" Auschwitz " comporte ici la double acception, historique et emblématique.

1) Une des thèses les plus répandues consiste à désigner l'homme comme responsable du génocide, qu'il s'agisse de philosophes, d'écrivains ou de théologiens. Pour les premiers, c'est " un drame de la nature humaine ". Ouvrant de terribles perspectives sur " l'infinie capacité de l'homme civilisé à produire le mal, la cruauté nazie n'a connu aucune limite, révélant sa bestialité profonde ", (S. Klarsfeld 5) et on ne compte plus les citations de ce que " l'homme a fait subir à l'homme ", à un niveau d'abstraction qui évacue la réalité historique et politique de l'événement. Pour les religieux, c'est chez les théologiens chrétiens le péché originel qui est en cause : " pas seulement un crime contre l'humanité, mais un crime de l'humanité " (Mgr Lustiger 6), " le degré insoupçonné de péché dans l'espèce humaine toute entière " (U. Simon, théologien catholique canadien 7), et nombre de penseurs juifs abondent dans ce sens 8.

2) Dans cette optique, on passe aisément du dogme à la notion de sacrifice : Jean XXIII y voit " le deuxième crucifixion du Christ " 9, L'Observatore romano "" le sacrifice indicible " 10, et pour U. Simon " les vies de la multitude sont offertes pour racheter les péchés du monde " 11. De son côté, le mystique juif Élie Wiesel contemple " des rails qui convergent sur l'immense autel de feu dont les flammes touchent, doivent toucher le trône céleste " 12, après Paul Claudel qui écrivait en 1952 : " la vertu rédemptrice de cet énorme holocauste {…} dont l'odeur pour l'éternité ne cessera de s'élever jusqu'aux narines du Seigneur du Ciel et de la Terre " 13.
Ce ne sont là que quelques exemples significatifs de cette interprétation acceptée dans les milieux traditionnels.
Cet emploi du terme " holocauste " nous incite à ouvrir ici une parenthèse d'ordre terminologique. Plutôt que " génocide ", seul vocable scientifique, neutre et clair reconnu par l'ONU dans sa Convention de 1948, certains ont préféré employer " holocauste ", qui par sa signification biblique transforme les millions de victimes assassinées en victimes expiatoires (voir supra), alors qu'il est patent que c'est, pour l'essentiel, au nom de la prétendue " Race ", et non de la religion, qu'a été perpétré le plus grand crime de l'Histoire, sans que soient en cause les convictions religieuses, ou non. Le terme induit donc en erreur et constitue un véritable détournement.
Supplanté ensuite en France par " Shoah " 14 - terme également critiquable en ce sens qu'il isole le génocide des juifs de celui des Tsiganes et des Slaves 15, et qu'il évoque la tradition des catastrophes punitives de la Torah - on le voit réapparaître dans le vocabulaire de l'Europe lorsqu'est instituée une " Journée de l'Holocauste " le 27 janvier. Il est regrettable que, sous la pression médiatique et politique de diverses nations européennes adoptant la terminologie anglo-saxonne et allemande, la France soit ainsi revenue en arrière : " Holocauste " n'y était pratiquement jamais usité dans le langage officiel ou dans la désignation des musées concernés.

3) Une autre interprétation est celle du caractère irrationnel, gratuit et absurde, et du mystère du génocide, que partagent les religieux et divers auteurs, philosophes et historiens : pour ceux-là, c'est " un mystère irréductible ", " c'est le secret de Dieu " (Mgr Lustiger 16) ; et pour ceux-ci, le sacré, l'intouchable : " il y a bien une obcénité absolue du projet de comprendre " (Claude Lanzmann 17), " l'impossibilité d'apprendre quoi que ce soit de la Shoah " (O. Bartov 18).
Mais, curieusement, les deux courants de pensée se rejoignent pour conclure que si l'événement est irrationnel, la notion de progrès s'écroule ipso facto.

4) C'est peut-être François Mauriac qui formula le premier cette idée dès 1958 : " le rêve du Progrès, des Lumières, de la Science a achevé de se dissiper devant ces wagons " (contenant des déportés, vus à la gare d'Austerlitz, M.C.) ; Citons aussi le théologien catholique G. Baum : " Auschwitz est si complètement irrationnel qu'il réfute toute théorie du progrès dans l'histoire " 19, A. Kaspi, pour qui " l'histoire de la Shoah fait contrepoint à la modernité, à notre conviction que le progrès nous entraîne, que la philosophie des Lumières guide nos pas ", etc. 20 , et A. Finkielkraut : " Auschwitz condamne l'idéal révolutionnaire marxiste ". Nous y voilà. Auschwitz a bon dos.
Notons enfin pour mémoire les thèses de psychanalystes qui expliquent le génocide par " la pulsion de mort de la civilisation " et/ou " la haine de l'Autre ". Et même Jean Kahn, alors président du CRIF, selon lequel il s'agit de " la pulsion de mort de l'Occident " 21. Mais les résistants et les victimes en particulier ont-ils envisagé ou effectué un génocide ? Voilà qui ne nous avance guère.


Il est clair que chacun trouve ici ce qu'il apporte, et démontre ses propres présupposés. Et comment ne pas évoquer à ce sujet la formule célèbre de l'idéologue nazi : " rayer 89 de l'Histoire " ? Étrange résurgence, on en conviendra, et là où d'aucuns l'attendraient le moins.
Or, Auschwitz, loin de condamner les Lumières et les " utopies " qu'elles ont nourries me semble confirmer leur valeur de façon éclatante.
L'entreprise hitlérienne, épaulée en France par le régime de Vichy, fut précisément dirigée contre ces valeurs démocratiques et celles du mouvement ouvrier, contre l'héritage des valeurs universelles. Elle apporte <I>a contrario<$> la preuve décisive, la preuve par 89 si on peut dire, de leur prix et de leur rayonnement.

Après ce rappel historique et ce survol très rapide des principales interprétations en présence, on peut suggérer quelques pistes pour la réflexion. La prise en compte de la politique nazie et de ses soutiens divers permet de situer fondamentalement le génocide et le système concentrationnaire comme des moyens politiques au service des finalités d'un projet gigantesque. Auschwitz constitue en quelque sorte un échantillon de ce que préparait le IIIe Reich pour l'humanité, un laboratoire de la " purification de l'espèce " et du système concentrationnaire, affecté notamment à l'asservissement des peuples et au règne de la terreur.

On mesure ici à quel point est réductrice la vision judéocentrique de certains milieux juifs parmi les plus influents. Faut-il rappeler qu'Auschwitz n'est pas seulement l'affaire des juifs, mais celle de l'humanité tout entière, comme l'indique la formule qu'il fallut forger : " crime contre l'humanité ", tout comme on dut forger " génocide ".
Il constitue une leçon de choses, un avertissement pour nous et les générations futures, qui doit être médité, car tout orte à croire que ces événements tragiques pourraient non seulement se reproduire, mais en pire, compte tenu des immenses progrès scientifiques et technologiques que nous connaissons. Enfin, Auschwitz constitue aussi une leçon de courage et de lucidité des hommes et des femmes qui luttèrent dans les pires ténèbres sous toutes les formes, parlant pour ceux qui ne le pouvaient pas, ou plus, et témoignant pour la dignité humaine et l'avenir de la civilisation contre le pire danger qu'elle ait jamais connu.

1. Environ six millions de Polonais furent tués durant la Deuxième guerre mondiale, dont trois millions de juifs dans le cadre de l'extermination " raciale ".
2. Il s'agit des complexes comportant salles de déshabillage, chambre à gaz, fours crématoires, etc.
3. Nom donné à Auschwitz aux vastes entrepôts affectés au tri des effets des victimes expédiés ensuite en Allemagne ou distribués aux unités combatantes (montres, rasoirs et lames, stylos, etc.).
4. " Komando spécial " chargé de l'évacuation et de l'incinération. Il comptait environ un millier de détenus en été 1944.
5. In Dites -le à vos enfants, S. Bruchfeld et P. Levine, version française, Ramsay, 2000, , p. 8 ; voir Cahiers rationalistes n° 567, p. 42-44.
6. In Auschwitz-Birkenau, traduction française, éditions Criterion, 1991, p. 28.
7. Doyen de King College, à Londres, in A theology of Auschwitz, 1967, p. 71.
8. Certains y voient la punition des péchés du peuple juif, dans la tradition de la Torah.
9. Souvenir personnel.
10. 5 avril 1963, sous la plume de Mgr Giovanetti, cité par Léon Poliakov, in Les juifs et notre histoire, Flammarion, p. 207.
11. Op. cit., p. 71.
12. In Auschwitz-Birkenau, p. 7.
13. Lettre au grand rabbin de Paris, Le Figaro, 3 mai 1952.
14. De l'hebreu : annéantissement, catastrophe. On doit le terme de " génocide " au juriste américain Lemkin (1944).
15. Le projet de génocide des Slaves pour " purifier l' espace vital " a reçu un commencement d'exécution en Russie et en Pologne (civils, prisonniers de guerre soviétiques, stérilisations de masse, etc.).
16. Op. cit , p. 30. On peut aussi citer Élie Wiesel qui écrit : " on ne peut expliquer Auschwitz, parce que l'Holocauste trancende l'histoire ", et Karl Barth, théologien protestant ; " Expliquer le mal […], c'est au fond le nier ", tous deux cités par le Père Jean Dujardin dans J.-P. Azéma et F. Bédarida, ouvrage collectif sous leur direction, Les années de tourmentes, Flammarion, 1995, p. 1058.
17. In Nouvelle Revue de Psychanalyse, " Le mal ", Automne 1988, cité dans Au sujet de Shoah, le film de Claude Lanzmann, ouvrage collectif, Belin, 1990, p. 279. La phrase citée par Primo Levi dans son témoignage sur Auschwitz (" Ici, il n'y a pas de pourquoi ") devient une vérité générale.

18. Cité dans Dites-le à vos enfants, op. cit. p. 176.
19. In Théologie chrétienne après Auschwitz, Torronto, 1976, p. 7.
20. In Les Cahiers de la Shoah.
21. In Le Monde, " Eviter la christianisation d'Auschwitz ", 10 août 1991.

Adhérer

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

S'abonner

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

Siège social

576362685557683469625d6362216655685d636255605d6768592263665b xOx3dOfvVUDp8Eqh4UfBnYgJHifXeSn caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.
Maison des Associations
4, rue des Arènes
75005 Paris

4032303f32412e3f362e410d423b363c3bfa3f2e41363c3b2e3936404132fb3c3f34 1BphPPn6EKoiMPIw5MIXlpTHNcLbQPzd caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.
32, rue Pannard
28190 Courville-sur-Eure
Tél. : 02 37 20 28 87

En régions

Île de France

UR Île de France  

Loire-Atlantique

UR Loire-Atlantique  

Ardèche-Drôme-Isère

UR Ardèche-Drôme-Isère  

Nord-Pas de Calais

UR Nord-Pas de Calais  

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.