Union rationaliste

Éditorial du Cahier 642

La démarche scientifique face aux « certitudes », un choix de société ?

Pourquoi ce thème, posé dans le prolongement du précédent colloque, qui portait sur le concept de « progrès » ?
Les interventions croisées mettaient alors en évidence que le progrès scientifique est facteur d’émancipation, dans son rôle de développement des connaissances, à l’échelle de la société comme à l’échelle individuelle ; grâce au corpus de connaissances apportées par les scientifiques à la collectivité et grâce à la curiosité et l’enthousiasme que suscitent ces recherches dans la population, en particulier chez les jeunes.

En ce sens, le progrès scientifique est susceptible de porter le progrès social.

Et pourtant, notre société actuelle s’enlise, l’idée de « progrès » est en panne, le progrès de société n’est plus mis en avant, y compris dans les milieux politiques qui s’étaient construits autour de cette idée.
Est-ce cause ou conséquence ? Le regard porté sur la science s’est dégradé : un amalgame s’est progressivement établi entre les méfaits de choix politiques qui ont exploité des résultats de recherche scientifique à des fins de profits financiers, et le développement scientifique. La science est trop souvent vue comme la principale cause de ces reculs de société (OGM, nucléaire, chimie, etc.).
Mais paradoxalement, en même temps s’est développée l’idée d’une science qui peut et doit tout résoudre. De fait, comme elle ne comble pas ces attentes, cette perte de confiance n’en est qu’amplifiée.

Actuellement, c’est probablement un rôle de résistance qu’ont à envisager les militants rationalistes. Résistance principalement contre le fatalisme, en mobilisant les compétences propres au rationalisme que sont celles de l’UR.

Quant au sujet : démarche scientifique face aux « certitudes », qu’en est-il ?
Quel est le rôle de la société ? Quels choix peuvent être les siens en terme de démarche scientifique ?
Quelle place occupe l’Union rationaliste ? Quel rôle peut être le sien ?
Comment participer à la réflexion collective ? l’impulser ?
Qu’a-t-elle à apporter à la société ? idées ? méthodes ? connaissances ?

Donner toute sa place à l’analyse rationnelle. Partager des compétences d’analyse dans des domaines divers, construire des outils d’analyse comme moyens de discussion avec l’ensemble de la population (avec ou sans formation scientifique reconnue).
Partager ces compétences est une véritable exigence pour participer à la démocratisation des choix de société : les informations et les connaissances sont accessibles pour qui les souhaite, mais que faire de ces connaissances disponibles ? Comment les appréhender sans se doter d’outils d’analyse, d’analyse « critique », le concept-clé de l’étude scientifique : la démarche scientifique ?

Pour un scientifique, les objets d’étude sont les phénomènes.
Pour les publics non scientifiques - plus précisément, n’ayant pas été confrontés à des activités scientifiques « de recherche » - les objets d’étude sont les articles, les interviews, les conférences, etc., fournis par les scientifiques.
Le travail d’appropriation passe par l’analyse, donc également le doute, la mise à l’épreuve... mais est-ce permis ?
Peut-on avoir une liberté d’esprit suffisante sans mettre à l’épreuve d’un regard critique des affirmations issues de scientifiques reconnus ?
La démarche scientifique est à ce titre un outil de dialogue entre les scientifiques et les curieux non spécialistes : « Comment prouvez vous que... ? » De plus, cette démarche étant reconnue par les scientifiques, elle permet « le droit » de ce regard critique, sans qu’il soit « irrespectueux »...
C’est certainement la meilleure réponse que nous ayons à opposer aux groupes construits autour de positions dogmatiques pro... ou anti... (OGM, nucléaire, ondes électromagnétiques, médecines douces ou parallèles, pseudo-scientifiques, etc.).

DÉMARCHE SCIENTIFIQUE FACE AUX « CERTITUDES » : UN CHOIX DE SOCIÉTÉ ?

Le colloque se penche sur « la démarche scientifique », axe central du militantisme rationaliste, et plus précisément, la démarche scientifique au delà du seul cadre des domaines scientifiques : utiliser les outils des sciences pour comprendre le monde.

S’arrêter sur nos objectifs et par réflexivité, en mesurer les atouts : observer et analyser les méthodes « pour elles mêmes », méthodes qui font l’essence de l’UR et qui sont traduits par les objectifs qu’elle affiche dans les statuts : « Faire connaître la démarche de la science. Mettre à la disposition du public les moyens d’accéder sans contrainte à une conception intelligible du monde et de la vie ». Elle lutte pour l’étude rationnelle de toutes les questions qui concernent la société et son évolution.

Les interventions complémentaires de nos invités participent à cette réflexion, en apportant chacun dans son domaine des éléments à cette construction collective.

Comment penser la démarche scientifique comme une forme d’« antidote » aux certitudes ?

La démarche scientifique est-elle un simple outil utile aux sciences ? Ou procure-t-elle des compétences nécessaires à tout citoyen ?

Peut-on entraîner des enfants, dès le plus jeune âge, à une réflexion de type philosophique, à argumenter, problématiser, et ainsi leur permettre de sortir des affrontements de postures ?

De la philosophie de Diderot à l’éducation des enfants par le dialogue philosophique, La réflexion sur la position de l’élu, face à des choix de société décisifs en matière de projets scientifiques dont il ne maîtrise pas nécessairement les connaissances,
Quelle place occupent les connaissances en paléontologie pour le grand public, si les méthodes de la recherche ne lui sont pas dévoilées ? Un dogme contre un autre, plutôt qu’un outil enthousiasmant pour penser la société, l’évolution des espèces, la place de l’homme dans le contexte de son développement.

Comment envisageons-nous notre rôle d’association dont le but est de promouvoir le rationalisme ?

En conclusion, autant d’apports aussi riches que variés, qui nous permettent un regard critique plus approfondi et motivant, sur le rôle qu’a à jouer l’Union rationaliste dans l’actuelle société.

Adhérer

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

S'abonner

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

Siège social

99a5a4aa9799aa76aba49fa5a463a897aa9fa5a497a29fa9aa9b64a5a89d fC2ciajH2Gumy8zVJaqfmpbuj326u3Lq caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.
14, rue de l’École Polytechnique
75005 Paris

1f110f1e11200d1e150d20ec211a151b1ad91e0d20151b1a0d18151f2011da1b1e13 BJ8hbsL3LuEj9e9Ln3Ru8vfhjFTixOQ0 caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.
32, rue Pannard
28190 Courville-sur-Eure
Tél. : 02 37 20 28 87

En régions

Île de France

UR Île de France  

Loire-Atlantique

UR Loire-Atlantique  

Ardèche-Drôme-Isère

UR Ardèche-Drôme-Isère  

Nord-Pas de Calais

UR Nord-Pas de Calais  

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.