Union rationaliste

Éditorial du Cahier 638

Beaucoup de nos lecteurs s’émeuvent, à juste titre, de ne pas recevoir les Cahiers rationalistes selon la périodicité annoncée (6 numéros par an). Je me dois donc de tenter de leur fournir une explication – qui ne peut servir d’excuse – et vais profiter de cette occasion pour décrire le mode de fonctionnement de la rédaction car, si l’on veut bien nous accorder quelque attention, les deux se tiennent.

Rappelons que les dysfonctionnements d’ordre matériel auxquels nous avons été confrontés ces dernières années semblent désormais dépassés. Nous avons dû, en effet, pendant 2-3 ans faire face à des problèmes de secrétariat et de maquettage. L’embauche par l’administration de l’Union rationaliste d’une secrétaire rigoureuse et efficace exerçant à temps partiel, ainsi que l’arrivée de notre nouvelle maquettiste, rémunérée à la pièce, impliquée et dynamique, nous ont permis de surmonter ce premier obstacle. Ainsi, par exemple, avons-nous été en mesure de moderniser l’aspect de la revue (couverture visuellement plus attrayante, création de rubriques plus définies et ciblées, etc.) et de raccourcir les délais de fabrication grâce à l’apport de ce sang neuf. Il n’en demeure pas moins, en revanche, que l’équipe de la rédaction est constituée de personnes bénévoles, en activité ou retraitées, dont, quel que soit leur dévouement, l’investissement constant ne peut être exigé.

Venons-en maintenant à notre fonctionnement.

La rédaction (dont la liste des membres est en 3e se répartit les tâches selon le schéma classique : le rédacteur en chef reçoit des articles, sollicite des auteurs éventuels en vertu de leur compétence sur des sujets choisis et entretient une correspondance avec eux. Il est responsable du fonctionnement du comité de lecture et du comité de rédaction. Chaque membre du comité de lecture donne son avis sur les textes qu’il a lus, sur leur publication éventuelle, sur les modifications à proposer aux auteurs. Le comité de rédaction, qui est l’émanation du comité de lecture, a, pour sa part la charge, outre de la lecture, de régler les problèmes d’orientation de la revue – en particulier le respect des principes de l’Union rationaliste éditrice des Cahiers – et de composition des numéros. À l’exception des numéros spéciaux, les Cahiers sont structurés de façon immuable : d’une part, des rubriques récurrentes – Éditorial, Actualités, Radio, Lectures – d’autre part, des rubriques épisodiques en fonction de la matière – Figure, Chronique, Sections locales. Enfin, comme chacun a pu le constater, nous avons récemment réservé une place au Courrier des lecteurs qui, presque par définition, est une rubrique sensible mais nécessaire dans une revue qui se veut vivante et ouverte à la discussion raisonnée et raisonnable. C’est pourquoi une équipe restreinte de deux ou trois médiateurs et modérateurs a été créée en vue de régler les cas litigieux. Émanation du comité de rédaction – selon les compétences de chacun –, vient ou viennent s’y joindre, si nécessaire, l’administrateur de l’UR et/ou son Président.

Une fois composé, le numéro est remis à la maquettiste qui le met en forme (souvent plusieurs va-et-vient sont indispensables). Elle l’adresse ensuite au rédacteur en chef et au correcteur, lequel a la responsabilité ingrate et fastidieuse de corriger les épreuves. Enfin, ce dernier retourne l’ensemble à la maquettiste qui le remet en forme après ultime correction, et reçoit du rédacteur en chef l’accord pour le Bon à Tirer (BAT), avant d’envoyer in fine l’exemplaire à l’imprimerie. Dès l’impression achevée, la distribution peut commencer.

Telle est la chaîne dont le déroulement n’a rien d’exceptionnel puisqu’il est celui de la publication normale d’une revue. Pourtant notre souhait de proposer un Cahier de qualité, tant sur la forme que sur le fond, joint à l’impératif du bénévolat, incontournable à la fois pour l’équilibre des finances et pour le maintien de l’objectif d’une expression libre et sans tabous, est lesté d’une contrepartie, celle de la lenteur. Cela admis, chacun est néanmoins en droit de penser que deux mois sont bien suffisants pour réaliser un numéro.

On conçoit dès lors que les vraies difficultés sont d’une autre nature. Elles résident tout simplement dans ce qui fait notre raison d’être : les articles ou autres textes. Deux plans sont à distinguer. Un premier, de caractère technique : chaque auteur – moi le premier – obéit à sa propre manière formelle de rédiger (police, insertion des notes, des citations, des caractères spéciaux, etc.) que la maquettiste et le correcteur se doivent de transformer afin de respecter la charte graphique de la revue. La tâche est lourde, en particulier, pour le correcteur qui ne relève pas que les coquilles et autres bévues. C’est pourquoi, afin de remédier à cet état de fait, j’ai décidé, de façon à alléger leur tâche et ainsi à raccourcir le temps de fabrication, de demander aux auteurs dont les textes sont retenus d’avoir la gentillesse d’adopter, autant que faire se peut, le protocole typographique que je leur adresse après les avoir informés de notre accord de principe pour publication.

Le second a trait au contenu : dans la mesure où nous ambitionnons de publier des articles de teneur substantielle, outre les textes insuffisamment élaborés ou sortant du cadre de nos préoccupations ou exagérément polémiques, il nous arrive, paradoxalement, de refuser des textes éminemment solides ou qu’individuellement la majorité d’entre nous agrée, au motif que leur « scientificité » déborde largement l’objectif d’une revue généraliste telle que la nôtre. Nous nous référons en cela à l’énoncé de la deuxième de couverture nous servant de charte et dont le large éventail de questionnements nous oriente vers de telles décisions, sachant que le lectorat visé n’est pas omni-spécialiste. Tant et si bien qu’il nous arrive parfois d’être confrontés à une pénurie de textes. Pour le dire simplement, nous sommes souvent en panne au moment du bouclage, d’autant que les articles annoncés ne nous parviennent pas toujours ou nous parviennent hors délai.

Chers amis lecteurs, vous l’avez compris, ceci est un appel à vos contributions et à celles des personnes que vous pourriez solliciter en raison de leur maîtrise de tel ou tel sujet. À vos plumes ou plutôt vos claviers, et n’hésitez pas à parler de nous alentour. Rien n’est interdit pourvu que soient respectés les principes que j’évoquais plus haut. Il y a tellement de choses à dire de manière réfléchie et critique, c’est-à-dire rationnelle, sur le monde tel qu’il va. Les Cahiers Rationalistes se veulent le lieu de rencontre et le vecteur des pensées vives.

Adhérer

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

S'abonner

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

Siège social

616d6c725f61723e736c676d6c2b705f72676d6c5f6a677172632c6d7065 Q7NtzPuSaGSdAp4nfhFZ3kmRH9Z3zQhd caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.
14, rue de l’École Polytechnique
75005 Paris

3224223124332031282033ff342d282e2dec312033282e2d202b28323324ed2e3126 f83IeyqHkRELUr1eIcRPfz8BU5Jlnnj5 caesar This page part is protected against spam bots and web crawlers. In order to be displayed you need to enable Javascript in your browser, and then reload the page.
32, rue Pannard
28190 Courville-sur-Eure
Tél. : 02 37 20 28 87

En régions

Île de France

UR Île de France  

Loire-Atlantique

UR Loire-Atlantique  

Ardèche-Drôme-Isère

UR Ardèche-Drôme-Isère  

Nord-Pas de Calais

UR Nord-Pas de Calais  

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.